Certains rêvent de changer de vie… Elle, l’a fait du jour au lendemain !

15 Juin, 2020 | Santé au naturel

Une étude récente sur l’impact du confinement nous apprend que « 54 % des franciliens sont prêts à quitter Paris au plus vite » pour aller s’installer au vert. D’après cette étude**, nombreux sont ceux qui souhaitent quitter la capitale pour un environnement moins stressant (59%) et pour se rapprocher de la nature (59%). Leur choix est également motivé par l’envie d’une vie plus simple, plus en phase avec leurs valeurs (57%).

La période inédite que nous venons de vivre, confinés de longs mois à cause du Covid19, aura certainement joué le rôle de déclencheur, d’accélérateur ou même de révélateur d’une envie latente mais profonde, celle de redonner du sens à sa vie.

Changer de vie … faire le grand saut !

Du jour au lendemain nombreux sont ceux qui ont tout plaqué pour partir à l’autre bout du monde ou au fin fond de contrées lointaines, fuir la grisaille et la pollution, vivre de leur passion, découvrir de nouveaux horizons, lancer un projet écologique, reprendre une exploitation agricole, se réinventer, trouver leur équilibre, assouvir leur quête de sens, vivre au grand air … en faisant pour certains le grand écart avec leur vie d’avant ou surtout le grand saut dans un nouvel inconnu grisant qui très souvent est à mille lieues, voire aux antipodes, de ce qu’ils ou elles ont vécu jusque-là.

Quelles que soient leurs motivations, tous sont unanimes … pour rien au monde ils reviendraient en arrière !

Si certains ont franchi le pas il y a déjà quelques années, d’autres ont vraiment eu une révélation lors du confinement. Pour eux le déconfinement marque le « top départ » de leur nouvelle vie !

C’est le cas de Nathalie Le Guen. Avocate depuis 28 ans, elle a raccroché la robe quelques semaines avant le confinement pour vivre de sa passion et surtout laisser s’exprimer un don qu’elle a depuis toute petite …

 

# Changement de vie … Récit d’une avocate qui quelques semaines avant le confinement a décidé de radicalement changer de vie

 

Le 24 janvier 1992, Nathalie prêtait serment d’avocat. Comme elle aime à le dire, « Pendant 28 ans, j’ai porté la robe d’avocat avec fierté et j’ai exercé mon métier avec passion et conviction ».
La suite s’est imposée à elle comme une évidence … un changement radical diront certains puisqu’elle est passée du jour au lendemain d’avocate à magnétiseuse… mais pour elle, c’est juste un nouveau chapître qu’elle ouvre avec bonheur, une expérience vivifiante qu’elle nous raconte avec ses mots …

 

Être avocate m’a permis de satisfaire les valeurs qui m’animent, à savoir : aider, transmettre et communiquer.

Mon besoin d’« aider » était comblé par le fait de défendre, représenter, assister et apporter mon soutien. Celui de «transmettre» s’exprimait pleinement chaque fois que je mettais mon savoir au service des autres, clients ou étudiants. Et celui de «communiquer» se nourrissait de mes journées passées à écouter, plaider et enseigner (11 ans à l’école du barreau).

J’ai connu tant de situations, tristes, drôles voire cocasses mais dans tous les cas riches et fortes en émotions.
J’ai rencontré des « gentils et des méchants », des « paumés », des « petits malins », des vrais « dingues » et des vrais « voyous » aussi !
J’ai aimé travailler avec et pour mes clients. J’ai eu la satisfaction des décisions justes et j’ai connu le désarroi des injustices. J’ai aimé vivre la force de conviction, tenir un jury en haleine et tenter de faire reconnaître la vérité de mon client comme la vérité judiciaire.

J’ai exercé le droit et ai profondément eu le sentiment d’« exercer l’humain » car l’humain était au cœur de mes journées, du métier que j’exerçais (Avocate en droit de la famille).

Puis il y a 3 ans, j’ai commencé à perdre le sens de ce que je faisais. J’ai vécu le désamour du métier, l’incompréhension face à l’attitude des magistrats à l’égard des avocats et la fin de la vie de Palais après le transfert du Tribunal « aux Batignolles ».

Mes valeurs essentielles n’étaient plus satisfaites. Je ne retrouvais plus la dimension humaine de ce métier.

A l’automne 2019, je cherchais encore à réinventer ma façon d’être avocate, pour finalement décider de changer de vie. Je souhaitais donner un nouveau sens à ma vie professionnelle. Mais je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire !

 

Le déclic …

 

Fin octobre je suis allée en Italie pour rendre visite quelques jours à ma sœur. Elle souffre d’une maladie auto-immune, invalidante et surtout extrêmement douloureuse.

Un jour, en fin de journée, je lui masse le crâne et les oreilles, elle me demande de poser mes mains (qu’elle trouvait chaudes) sur son dos. En arrivant à 4 cm de son dos, nous avons toutes les deux ressenti une forte chaleur. De manière instinctive, j’ai continué à la magnétiser. Elle a ressenti un soulagement et l’atténuation de sa douleur.

Ce don de magnétiseur que j’ai depuis toujours, s’est ainsi révélé à moi ou plutôt « rappelé » à moi. Toutes ces années je n’avais pas vraiment pris conscience de ce don, ni même perçu ou ressenti des signes de celui-ci.

Je me suis alors souvenue de mon grand-père arrêtant le feu de la brûlure sur ma main quand j’avais 4 ans. Et ce qu’il m’avait confié quelques années plus tard, alors que j’étais étudiante en droit : « c’est toi qui auras le don ». Je n’y avais pas prêté attention à l’époque.

Quand je suis rentrée à Paris, tout est allé très vite. J’ai magnétisé tout ce qui était vivant autour de moi, mon mari, mes proches, le chat et les plantes (elles adorent ça !).

 

Un changement qui s’est fait du jour au lendemain …

 

Ma décision était prise. Le 27 novembre, je me lève et me dis « c’est fini, j’arrête, je raccroche ma robe ». Je termine, je range, je quitte, je ferme. Tout s’est alors enchainé très vite. Le 31 décembre 2019, ma vie d’avocat a pris fin. Et ma nouvelle vie de magnétiseuse énergéticienne a démarré dès le 1er janvier 2020 !

Être magnétiseuse m’a redonné la possibilité de satisfaire mes valeurs.

J’aide à nouveau en écoutant et en prenant en charge la souffrance de l’autre.
Je transmets mon fluide en magnétisant.
Je communique par la parole et avec mes mains.

 

Une reconnexion à mes valeurs

 

J’ai toujours eu une conscience écologique et le besoin d’être proche de la nature et des animaux. L’écologie m’est devenue familière lors de mes nombreux séjours en Allemagne au début des années 80.

J’ai découvert la naturopathie grâce à un ami vétérinaire qui l’appliquait aux animaux.
J’ai fait ce chemin vers le bien-être pendant des années. J’ai découvert la méditation et mon mantra, puis la méditation en pleine conscience.

Être magnétiseur* c’est la révélation d’un don et la volonté d’aller plus loin dans la prise de conscience envers les autres et la Terre.

La pandémie du Covid 19 nous a obligé à nous confiner. Le confinement m’a permis de prendre du recul sur les dernières semaines vécues et sur mes décisions. J’ai compris que je n’avais pas renoncé à être avocat, mais que j’avais cessé de l’être pour être magnétiseur. C’est un cheminement. De mon propre bien-être, je me suis tournée vers le bien-être des autres.

Il est possible de changer de chemin à tout moment, à tout âge et de revenir à ce qui est essentiel pour soi et ses propres valeurs. Il est toujours possible, à tout moment de donner une nouvelle orientation à sa vie personnelle et/ou professionnelle pour se sentir en cohérence, en harmonie et en phase avec ce que l’on sent être.

Le confinement nous a renvoyé à l’essentiel et à nos besoins essentiels individuellement et collectivement.

Les conséquences du confinement sur l’environnement et les animaux ne sont plus à démontrer. Cela doit nous amener à reconsidérer notre façon de vivre, de consommer et à travailler à un retour à la biodiversité.

Nous devons apprendre à nous « contenter » de notre espace et cesser toute velléité d’anthropisation que finit toujours par conduire au déséquilibre entre la faune et la flore et les humains.

 

Merci Nathalie Le Guen pour ce beau témoignage … : )

Nombreux sont ceux qui, animés par leur quête de sens, souhaitent aujourd’hui changer de vie personnelle et/ou professionnelle.
Larguer les amares d’une vie confortable, routinière et rassurante, qui plus est du jour au lendemain, n’est pas toujours facile … et pourtant depuis le confinement c’est devenu pour beaucoup une évidence, voire même une urgence, un besoin vital !

 

Laurence GUIGOU, SEKOIA CITY

*******

* Magnétiseur ou énergéticien … Sekoa ça ?

Un magnétiseur est aussi appelé énergéticien. C’est un professionnel des médecines douces et des thérapeutiques alternatives qui se sert des énergies et des fluides de l’organisme pour lui apporter un meilleur fonctionnement ou soulager ses douleurs.
Un soin en magnétisme permet de soulager les douleurs, redonner de l’énergie et rétablir les équilibres.

 *******

 

** Etude sur l’impact du confinement : 

Etude-impact-confinement-Paris-je-te-quitte_communique-de-Presse-mai-2020

Derniers articles

Share This