Tous Solidaires : face à l’urgence, les entreprises françaises se mobilisent …

28 Mar, 2020 | Social et solidaire

Face à l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons, de nombreuses entreprises françaises s’engagent.

Elles reconvertissent leurs outils de production, réorganisent leurs ateliers.
Elles partagent leur savoir-faire, rendent public leurs « recettes » et mettent en commun leurs ressources (matières premières).
La solidarité s’organise au niveau local. Partout en France on a vu fleurir des initiatives solidaires, en soutien aux personnels de santé ou en aide à nos ainés souvent isolés.

Face à la pénurie de matériel de protection les entreprises se mobilisent avec un seul mot d’ordre : produire et fournir gratuitement le plus grand nombre de masques et gels hydroalcooliques pour répondre à l’urgence vitale.

Quelles sont ces entreprises françaises – Start-ups, TPE, PME, Grands groupes – qui du jour au lendemain se sont engagées dans cette course contre la montre …

Spécialisées dans le tricotage de pulls marins et de marinières, dans le tissage d’étoles et de tissus jacquard, dans la confection de sacs et de jeans made in france… désormais ce sont des masques qui sortent de leurs ateliers

A côté de Beaune dans la Loire, les Tissages de Charlieu

Ces tisseurs qui fabriquent depuis près d’un demi-siècle des tissus jacquard pour la mode et l’ameublement ont décidé dès le 17 mars de se mobiliser. L’atelier également connu pour ses marques Létol (étoles en coton bio), Tonnerre de Belt (ceintures colorées en tissus jacquard), L’indispensac (sacs faits à partir de fibres recyclées, tissage et confection locale, solidaire) a choisi de basculer du jour au lendemain dans la production de masques.
Leurs métiers à tisser tournent à plein régime et produisent chaque jour jusqu’à 150 000 masques destinés en priorité aux personnels de santé.
Afin de permettre une production en très grand nombre du masque qu’ils ont conçu et fait valider auprès de la DGA, Les Tissages de Charlieu ont communiqué tous les éléments techniques (protocole de fabrication, patron, grammage et composition des fils nécessaires à sa production) à plusieurs tisseurs de la région lyonnaise pour qu’ils puissent eux aussi le fabriquer.

A Romans-sur-Isère dans la Drôme, 1083

Le fabricant de Jeans 1083 qui fabrique depuis 2015 des jeans 100% made in France (à une distance n’excédant pas 1083 kms de chez vous), a lui aussi répondu présent et décidé dès le 17 mars de réorganiser son atelier de confection de Romans afin de le consacrer à la production de masques de secours.
Le denim (tissu utilisé pour les jeans) étant bien trop épais et rigide pour un masque, la marque s’est servi du coton utilisé pour les fonds de poche de ses jeans et a récupéré du molleton qui lui a été offert par d’autres entreprises textiles de la région.
Une belle chaîne de solidarité s’est organisée localement. Chaque jour des dizaines de couturières donnent de leur temps pour confectionner toujours plus de masques qui sont fournis gratuitement au CHU de Grenoble.

A Florac en Lozère, l’Atelier Tuffery

Pionniers du jean français, les maîtres tailleurs de l’Atelier Tuffery, spécialisés depuis plus de 125 ans dans la confection de pantalons en denim, se sont également inscrits dans cet élan de solidarité en utilisant leurs tissus en stock pour fabriquer des masques simples.

En Normandie dans la Manche, Saint James

Le fleuron du tricot français, Saint James, connu pour ses pulls marins et ses marinières rayées, a lancé dès le 24 mars la production de masques lavables.
Cette entreprise du Patrimoine Vivant, implantée depuis 130 ans à quelques encablures du Mont-Saint-Michel, met son savoir-faire et son outil de production au service des soignants des hôpitaux normands. Les masques confectionnés seront fournis gratuitement au Groupe Hospitalier Mont Saint Michel (via le Centre Hospitalier d’Avranches).
Avec les matières premières actuellement en stock l’atelier de tricotage envisage de réaliser 12 000 masques et a déjà contacté ses fournisseurs pour aller au-delà.
La première livraison est partie hier avec des masques validés par la DGA.

 

Leurs usines sont spécialisées dans l’homéopathie, la cosmétique ou même la bière … et désormais ce sont des gels hydroalcooliques qui sortent de leurs unités de production !

A Messimy près de Lyon et à Montrichard dans le Loir-et-Cher, BOIRON 

Le laboratoire pharmaceutique lyonnais BOIRON connu pour ses préparations homéopathiques produit désormais du gel hydroalcoolique. Ironie du sort, son usine de Montrichard dans le Loir-et-Cher devait fermer ses portes. Triste nouvelle découlant de la décision de ne plus rembourser l’homéopathie. Malgré ce contexte particulièrement compliqué pour les équipes, celles-ci sont mobilisées et produisent depuis une semaine du gel hydroalcoolique.

Et du côté des grands acteurs de la cosmétique …

LVMH a très vite activé son réseau de fournisseurs à l’international et organisé un pont aérien afin d’importer de nombreux masques. 40 Millions de masques devraient ainsi, grâce à LVMH, rejoindre la France et être remis aux autorités de santé. LVMH mobilise également sa branche Parfums & Cosmétiques pour fabriquer et distribuer gratuitement des gels hydroalcooliques en grande quantité. Près de 12 tonnes de gel hydroalcoolique devraient sortir de ses usines Dior, Givenchy et Guerlain.

L’OREAL s’est à son tour lancé dans cette course effrénée pour palier la pénurie de matériel de protection. Le groupe va fabriquer en grande quantité du gel hydroalcoolique. Celui-ci sera produit par les usines La Roche-Posay pour les hôpitaux et pharmacies. La marque Garnier quant à elle approvisionnera les enseignes de la grande distribution en gel pour les mains.

 

Des secteurs inattendus participent eux aussi à l’effort collectif de production de gel hydroalcoolique …

 

En Alsace, la brasserie du Marcaire

Dans l’Est, les brasseurs se mettent aussi à produire du gel pour les mains. Habituellement, la brasserie du Marcaire à Muhlbach, petite commune du Haut-Rhin, produit de la bière et de la limonade. Mais depuis la semaine dernière, c’est de la solution hydroalcoolique qui sort de ses cuves.

Ce ne sont ici que quelques exemples d’entreprises engagées dans cette course contre la montre pour protéger nos soignants et lutter contre le coronavirus (COVID-19). D’autres entreprises, industries et secteurs d’activité se mobilisent.
C’est le cas de la SNCF avec le premier TGV sanitaire qui a relié avant-hier le grand Est et l’Ouest, de BOUYGUES qui a fait don d’un million de masques aux autorités de santé, du SLIP FRANCAIS qui produit lui aussi des masques, des nombreux hôtels qui offrent chaque jour des chambres pour héberger le personnel médical travaillant dans les hôpitaux, des métiers de bouche qui livrent gratuitement des repas aux soignants …

 

Quelle incroyable mobilisation, quel bel élan de solidarité, ça fait chaud au coeur !

Merci à nos soignants,
Merci à tous ceux qui chaque jour mettent leur vie en jeu pour nous … et ils sont nombreux,
Merci Merci Merci : ))

En ces moments compliqués, je me prends à rêver que cette solidarité pourra perdurer une fois la pandémie terminée. Que tout cela permettra de déclencher une vraie prise de conscience et changer les mentalités. Demain ne pourra plus être comme hier…
Revenons
à l’essentiel, redonnons du sens à nos écosystèmes économiques et laissons émerger des modèles de vie plus solidaires et plus respectueux de la planète !


Ensemble nous sommes plus forts !
Prenez bien soin de vous  : ))

Laurence GUIGOU, SEKOIA CITY

 

Derniers articles

Share This