Le Tour du monde des solutions de Plastic Odyssey, le navire qui carbure aux déchets plastiques !

23 Oct, 2020 | Recyclage & upcycling, Vers le zéro déchet

Plus que quelques mois avant le grand départ pour son « Tour du monde » …


PLASTIC ODYSSEY, le navire qui transforme les déchets plastiques en carburant,
se lance à l’assaut de la pollution des océans en ciblant les régions les plus polluées de la planète.

Son périple autour du globe va l’amener à parcourir 3 continents en 3 ans !

L’équipage, ambassadeur du « zéro déchet plastique », lève l’ancre l’année prochaine avec à son bord toute la technologie et l’équipement nécessaire pour transformer les plastiques collectés en nouveaux objets et alimenter le navire en carburant !

Top départ dans 3 mois. Plastic Odyssey démarre son aventure par un Tour de France (Dunkerque, Le Havre, Saint-Malo, Brest, Concarneau, Nantes, Bordeaux) avant de rejoindre Marseille d’où le navire appareillera l’été prochain pour son Tour du monde des solutions.

Cap sur la Méditerranée avec un défi de taille : sensibiliser les populations et leur apporter des solutions concrètes pour impulser le changement en activant l’économie circulaire.

Le plastique est un véritable fléau pour nos océans !

Aujourd’hui, la question ne se pose plus…nous en avons pour la plupart pris conscience…le plastique n’est plus du tout fantastique comme aimait à le revendiquer une célèbre chanson des années 90 !

Les premiers à le constater chaque jour sont les pêcheurs qui remontent des filets plus souvent chargés de déchets plastiques que de poissons !! … Un constat qui ne peut plus laisser indifférent.

La pollution des océans est une préoccupation majeure. Les chiffres sont affolants. Toutes les minutes pas moins de 20 tonnes de plastiques seraient déversées dans la mer selon l’équipe de Plastic Odyssey !

D’où vient cette pollution ? des emballages et objets en plastique à usage unique, ou à durée de vie très courte, comme les bouteilles, bouchons, films plastiques, pots de yaourt, etc… On retrouve également en nombre des vieux filets et instruments de pêche rejetés à la mer.

Et le pire dans tout ça, c’est que le fameux « septième continent plastique » dont on parle depuis plusieurs décennies, est non seulement loin de se réduire – il aurait aujourd’hui une surface équivalente à celle de la Mer Méditerranée !!! – mais il devient au fil des années quasiment invisible en surface car le plastique présent depuis longtemps dans l’eau de mer se décompose progressivement et évolue à différents stades de profondeur. Collecter ces déchets relève donc d’une mission quasi impossible.

La complexité de cette pollution marine …

Si tous les déchets plastiques flottaient, leur collecte à la surface de l’eau en serait facilitée, mais ce n’est pas le cas. Et c’est tout l’enjeu.

Moins de 1% du plastique reste en surface (pour exemple, les bouchons plastiques flottent, le PET en revanche coule…). Le reste (99% des déchets) suit un long processus de dégradation qui l’amène à se décomposer en microparticules qui vont flotter entre deux eaux avant de couler au fond de la mer.

Le plastique ne se dégrade jamais totalement. Pire, si il coule à plus de 3000 mètres de profondeur, dans les abysses, là où les UV ne pénètrent plus, le plastique ne se dégrade pas. Les déchets s’amoncellent donc durablement au fond des mers et océans.

La partie visible de cette pollution marine, sur laquelle nous pouvons avoir une action, est celle qui remonte dans les filets des pêcheurs et celle qui est rejetée au fil des marées sur les plages du littoral.

Quelles sont les conséquences pour l’homme et la planète ?

La pollution plastique met en péril l’ensemble de l’écosystème marin. Les poissons et mammifères marins ingèrent ces fragments de plastique qui les tuent la plupart du temps en affectant leur système digestif et respiratoire. Des morceaux de plastique évoluant entre deux eaux sont par ailleurs colonisés par des bactéries qui se déplacent, sous l’influence des courants marins, sur des distances impressionnantes avec le risque d’infecter d’autres écosystèmes à l’autre bout de la terre.

Désormais présent dans le milieu marin, le plastique s’est invité dans la chaîne alimentaire et impacte directement la santé de l’homme.

Grand mangeur de poissons que nous sommes, nous ingérons chaque jour sans le savoir des microparticules de plastique, des phtalates, Bisphénols A et autres substances chimiques, perturbateurs endocriniens avérés, qui ont un effet délétère sur notre santé.

stop à la pollution plastique des océans
pollution plastique
pollution plastique des océans
déchets plastiques

Il est donc urgent d’agir mais comment ?

La conclusion à laquelle est arrivée l’équipe de Plastic Odyssey est que tout le plastique dont la fin de vie est mal gérée à terre, finit dans l’environnement (rivières, fleuves…) et arrive dans la mer.

Il faut donc agir à terre…et cibler l’embouchure des fleuves et rivières pour éviter que les déchets plastiques partent en mer.

Concrètement 90 % de la pollution plastique proviendrait des villes côtières de 32 pays de la planète (source Plastic Odyssey).

 

Plastic Odyssey lance donc une grande expédition autour du monde … qui fera escale dans 30 ports.

 

Carte de l'expédition autour du monde de Plastic Odyssey
Navire Plastic Odyssey qui carbure au déchets plastiques
Cycle du recyclage des déchets plastiques à bord du navire usine Plastic Odyssey
le navire qui carbure aux déchets plastiques_Plastic Odyssey
Simon BERNARD, Plastic Odyssey
Simon BERNARD et Alexandre DECHELOTTE_crédit Plastic Odyssey

Ce qui nous plait chez Plastic Odyssey ?

 

>  Leur démarche novatrice et engagée contre la pollution plastique des océans !

L’idée même d’embarquer à bord d’un navire toute la technologie, machines et équipement, permettant la transformation et le recyclage sur place des déchets collectés à chaque escale, est vraiment géniale.

Bateau « mi-laboratoire » et « mi-usine de recyclage », Plastic Odyssey sera équipé :

– d’une extrudeuse pour transformer le plastique en nouveaux objets utiles,
– d’un compacteur pour réduire le volume des bouteilles ou autres plastiques amenés à être transportés,
– d’un broyeur pour réduire les déchets en petits copeaux de plastique,
– d’une centrifugeuse pour sécher le plastique,
– d’un bac de lavage pour nettoyer le matériau avant de l’utiliser,
– de moules montés sur barillet pour optimiser la fabrication de profilés en plastique recyclé.

Grâce à l’ensemble de ces machines il sera notamment possible de transformer des vieux bidons en tuiles pour les toits ou encore des bouteilles plastiques en isolant thermique.

Ce véritable  » laboratoire expérimental » flottant sera alimenté grâce au carburant fabriqué à bord par « pyrolyse ». Ce procédé consiste à chauffer le plastique sans oxygène pour casser les longues molécules polymères (forme solide) et en faire des molécules plus légères (état liquide puis gazeux).

Avec 1 kg de plastique on peut obtenir jusqu’à 1 litre de carburant… Le navire va donc carburer aux déchets plastiques qu’il va croiser en grand nombre à chaque escale !

 

>  La dimension humaine et solidaire de ce tour du monde des solutions

La finalité pour Plastic Odyssey est de développer l’entreprenariat local autour du recyclage et créer un maillage permettant la création d’emploi dans ces régions défavorisées.

Cela va passer par l’aide au développement et le soutien d’initiatives ou micros-projets existants, également par la création de micro-usines de recyclage afin de contribuer au développement local de ces régions particulièrement pauvres et fragilisées.

Pour cela l’équipe a fait le choix de partager ses connaissances techniques et diffuser ses innovations technologiques en open source.

Une approche pensée de façon résolument inclusive et collaborative en vue d’impliquer le plus grand nombre, de venir en aide à ceux qui en ont besoin, et d’impulser le changement car ce n’est qu’en parvenant à mieux gérer la fin de vie des déchets plastiques qu’on arrivera à limiter la pollution des océans.

 

 >  L’envergure donnée à cette expédition qui cible les 30 ports les plus pollués de la planète

Agir là où il y a le plus urgence !

En apportant des solutions concrètes dans les régions les plus polluées et les plus vulnérables, le programme permet de démontrer que ce changement est possible et qu’il peut participer à redynamiser durablement des régions économiquement fragilisées.

 

>  L’efficience des solutions que Plastic Odyssey apporte grâce à sa technologie embarquée …

A chaque escale, l’équipe a prévu de collecter les déchets plastiques pour les recycler sur place et aller à la rencontre des populations pour les sensibiliser sur la valeur que ces déchets peuvent prendre une fois transformés en ressource.

Les principales phases du processus de recyclage seront effectuées à bord :  broyage, lavage, chauffage, extrusion, transformation des déchets plastiques en une pâte malléable qui servira à créer de nouveaux objets utiles pour les populations locales.

Certains déchets plastiques pourront être transformés en briques pour les murs d’une maison, en tuiles pour les toitures, en tubes pour les canalisations ou en divers autres matériaux de construction.

Et ce qui n’est pas recyclable en nouveaux objets sera utilisé pour fabriquer du carburant et alimenter le navire en énergie.

Le défi est lancé…de façon symbolique bien sûr…produire à bord le carburant qui permettra au bateau de faire le tour du monde !

>  Enfin, on se dit que … Plastic Odyssey est un projet vraiment ingénieux qui ne peut que réussir à impulser le changement !

L’OCCITANE, CREDIT AGRICOLE, CLARINS, MATMUT ont d’ailleurs très tôt décidé de soutenir cette belle aventure ambassadrice de la lutte contre la pollution plastique des océans.

 

Groupe MATMUT partenaire de Plastic Odyssey

RENCONTRE AVEC LE GROUPE MATMUT, PARTENAIRE DE PLASTIC ODYSSEY …


Interview de 
Nicolas Gomart, Vice-président et Directeur général du Groupe Matmut :

« Le partenariat avec Plastic Odyssey s’inscrit pleinement dans le cadre de l’action RSE menée par le Groupe Matmut. Le développement durable est l’un des 3 axes sur lesquels nous nous engageons et indiscutablement ce partenariat est emblématique.

Il nous permet d’accompagner le changement et la transition vers un système plus respectueux de l’environnement, vers le zéro déchet plastique en entreprise, tout en soutenant un projet innovant et tourné vers l’avenir.

La démarche de Plastic Odyssey, de ses membres, est très inspirante. Certes, le Groupe Matmut s’est naturellement emparé du sujet de la lutte contre la pollution et de la gestion des déchets. Mais indéniablement le partenariat renforce notre démarche volontariste pour réduire l’empreinte écologique de l’entreprise. Il est particulièrement inspirant pour notre groupe, nos collaborateurs, de ‘’suivre le sillage’’ d’une structure comme Plastic Odyssey sur un thème aussi fédérateur, qui nous touche tous.

L’effet d’entraînement qui sera créé par l’expédition autour du monde de Plastic Odyssey doit nous permettre d’aller encore plus loin, à l’échelle des moyens de notre groupe, dans nos propres actions – points de collecte et de recyclage, en interne, limitation des objets plastiques à usage unique, réduction de la consommation énergétique de nos bâtiments, etc. – tout en continuant à sensibiliser, à l’interne comme à l’externe. »

Si vous voulez vous aussi soutenir cette expédition autour du monde, c’est par ici : Plastic Odyssey  : )

 

Que dire de plus …

Si ce n’est …

Bravo Simon BERNARD, Alexandre DECHELOTTE, Bob VRIGNAUD et toute l’équipe Plastic Odyssey pour ce projet résolument innovant et inspirant, solidaire et engagé…tout ce qu’on aime !

Nous avons hâte d’embarquer à vos côtés et de vous suivre tout au long de ce Tour du Monde des solutions !

 

Laurence GUIGOU, SEKOIA CITY

 

A lire aussi : Plast’if, la machine qui imprime des objets utiles à partir de vos déchets plastiques !

Derniers articles

Share This