De la permaculture à la « PermaEntreprise » … un modèle inspirant pour l’entreprise de demain !

18 Oct, 2021 | RSE, vers l'entreprise de demain

« PermaEntreprise », vous avez dit PermaEntreprise…??

Adepte de la permaculture, je ne vous cache pas que lorsque j’ai entendu parler de « permaentreprise » cela a tout de suite titillé ma curiosité. Quel lien pouvait-il bien y avoir entre ce concept systémique qui vise à créer des écosystèmes respectueux de la biodiversité dans nos potagers, et le monde de l’entreprise fondamentalement tourné vers les profits ? Il devait forcément être question de préservation des ressources, de régénération vitale, d’utilité des uns pour les autres, mais encore ?…

Ce fût donc un plaisir d’assister, grâce à nos amis Entrepreneurs d’Avenir, à la présentation par Sylvain Breuzard de ce concept novateur. Une rencontre inspirante qui ouvre le champ d’une (r)évolution positive de l’entreprise à laquelle nous croyons vraiment.

Repenser l’entreprise en s’appuyant sur le modèle (philosophie et principes éthiques) de la permaculture c’est l’originalité de la démarche de Sylvain Breuzard.

Homme engagé (Greenpeace) et Chef d’entreprise (Président de norsys), Sylvain Breuzard est parti d’un constat simple et malheureusement bien réel, celui que notre modèle de développement n’est plus viable.

Puisque cela est indiscutablement avéré, quel nouveau modèle faut-il adopter ?

C’est à cette question que Sylvain Breuzard a souhaité répondre. Il s’est pour cela attelé à trouver des solutions en explorant le champ des possibles et en expérimentant, au sein de sa propre entreprise, ce qui faisait sens à ses yeux : la vision systémique et holistique de la permaculture. Ainsi est née la « permaentreprise », probablement le modèle de développement le plus pertinent pour apporter une réponse concrète et pragmatique aux problèmes sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés.

 

Prendre conscience de l’urgence d’agir est l’étape N°1 …

 

Comme nous le rappelle Sylvain Breuzard : « Tandis que les températures grimpent plus vite que prévu, des sommets sont atteints dans la biodégénérescence de la planète et dans la destruction du vivant. Ce n’est pas un crédit sur les générations suivantes, c’est un pillage. Notre empreinte écologique, c’est-à-dire la mesure de notre consommation en ressources naturelles, a doublé en 50 ans. Concrètement, quelles en sont les conséquences ? Dégradation des sols, déforestation, dépérissement de la mer, disparition des espèces… » et ce qui est terrible dans tout cela c’est que nous n’arrivons pas à l’intégrer, à le conscientiser, afin d’agir au plus vite pour y remédier.

La crise hors norme que nous traversons depuis mars 2020 a participé à éveiller les consciences sur les enjeux sociaux et environnementaux et cela est une bonne chose. Les regards changent… Mais il y a urgence.

Il faut désormais changer de braquet, aller beaucoup plus vite et opérer un changement beaucoup plus radical. Pour se faire l’entreprise a un rôle essentiel à jouer, elle peut devenir moteur de cette mutation. Cela implique bien sûr qu’elle prenne conscience qu’elle a tout à y gagner, d’autant que son attractivité et sa pérennité en dépendent !

A défaut toutes les ressources que nous consommons sans nous limiter et qui ne se régénèrent pas sont vouées à disparaitre purement et simplement de notre planète !

Pourquoi s’appuyer sur l’entreprise pour inverser le processus ?

 

Car l’entreprise a des atouts comme nous l’explique Sylvain Breuzard : « Les entreprises représentent une force pragmatique de changement. Encore faut-il qu’elles rejoignent le camp des lucides. Qu’elles fassent preuve, elles aussi, d’audace, de créativité et d’intelligence, et pour cela, qu’elles acceptent la remise en question de leur propre modèle et de leurs croyances.

L’entreprise possède trois avantages qui favoriseraient un passage à l’acte dans le bon sens : elle sait copier et adapter ce qui fonctionne, elle est capable de prendre rapidement des décisions, elle sait se mettre en ordre de marche. Ne lui manque que le modèle positif duquel s’inspirer. »

 

Pourquoi s’inspirer de la permaculture ?

 

Parce que ce modèle « perma » utilisé dans l’agriculture est avant tout une philosophie, un état d’esprit, une vision et une approche holistique qui peut s’appliquer à différents domaines, pas uniquement à la culture de nos champs, jardins et potagers.

Et comme le souligne Sylvain Breuzard, « Les entreprises ont besoin d’un nouveau modèle de développement dont elles pourront s’inspirer. Or, en agriculture, un modèle très préoccupé par la nature et les êtres humains existe : la permaculture.
Pour tout entrepreneur, son exemple peut faire sens à plus d’un titre. En premier lieu, et avant toute chose, la permaculture part du terrain et s’enracine dans l’action. Elle assume la croissance et vise la pérennité (souci majeur de l’entreprise). Elle ne nie pas la production (deuxième souci de l’entreprise) mais en change radicalement les conditions. Elle s’érige en principe de réalité confronté à un autre principe de réalité : l’épuisement de nos ressources.
Enfin, la permaculture ne se limite pas à son objet (l’agriculture). C’est une vision du monde qui définit à la fois la place de l’humain et son rôle. Elle est soin, résilience, équité, héritage. »

 

Illustration : la Permaculture est une philosophie, une vision et une approche holistique
La permaentreprise : exemple illustré d'autorégulation

Concrètement qu’est-ce que la PERMAENTREPRISE ?

La permaentreprise est un modèle de développement résolument novateur dans sa transposition au monde de l’entreprise. Il repose sur des principes éthiques fondateurs, des principes d’agencement propices à la création de cercles vertueux, une dynamique collective tirant profit de la diversité, différents niveaux d’engagement. Ce modèle « perma » amène l’entreprise à se fixer des objectifs d’impacts exigeants et propose une méthode en 5 étapes permettant à toute entreprise convaincue ou engagée de tendre vers la « permaentreprise ».

Ses 3 principes éthiques fondateurs, inspirés de la permaculture (prendre soin des hommes, se soucier de la planète, se fixer des limites et partager équitablement), prennent tout leur sens au sein de l’entreprise. Ils se traduisent par une nécessité de :

  • Prendre soin des êtres humains en, par exemple, régénérant le bien-être physique et mental de ses collaborateurs ainsi que leur employabilité,
  • Préserver la planète en, par exemple, visant une contribution nette et positive en carbone : produire en régénérant les ressources, et ce avec sobriété,
  • Se fixer des limites et mieux partager ses résultats financiers.

Une entreprise qui applique cette philosophie ancrée dans un principe de pérennité et de régénérabilité s’engage vers un usage sobre voire régénératif des ressources essentielles à son activité. Elle se fixe des objectifs d’impacts exigeants et les atteint.

Ce qui nous plait dans ce nouveau modèle de développement de l’entreprise ?

>   Sa philosophie : 

Si ce modèle nous inspire c’est parce qu’il ouvre, de façon proactive, le champ d’une production à la fois efficace et contributive pour l’homme et la planète. Le modèle de permaentreprise ne nie pas le besoin de faire des profits ou des bénéfices, ce qui est essentiel, car c’est ce qui conditionne la pérennité de l’entreprise. En revanche il pose des règles éthiques incontournables et ainsi impose de réinventer la façon de le faire : ancrer son développement dans une démarche positive, faire une utilisation sobre et régénératrice des ressources, s’engager en faveur d’une croissance juste.


>   Son fondement :

Ses 3 principes fondateurs indissociables se nourrissent les uns, les autres et incitent l’entreprise à embarquer au cœur même de sa stratégie de développement les enjeux économiques, sociétaux, sociaux et environnementaux.  
Comprendre que nous faisons intrinsèquement partie d’un écosystème dans lequel nous sommes tous interdépendants et que nous vivons sur une même planète, qui ira bien si tout le monde va bien et œuvre dans le même sens. N’est-ce pas là le point de départ d’une transition bénéfique pour l’homme et la planète ?

 

>   Le pragmatisme de ce modèle de développement conçu, pensé et expérimenté par un Chef d’entreprise

Sylvain Breuzard est certes un Chef d’entreprise engagé mais le fait même qu’il vive la vie de l’entreprise en étant quotidiennement confronté à tous les enjeux humains, sociaux, sociétaux, environnementaux et financiers, rend ce modèle particulièrement concret et pragmatique. Pourquoi ? car la permaentreprise n’est pas une démarche RSE, c’est un modèle de développement d’une entreprise qui intègre dans une vision globale l’économique, l’offre produits et services, et des thèmes RSE.

Comme tout chef d’entreprise enclin à se remettre en question et désireux de concilier le développement de son entreprise avec une certaine éthique à laquelle il est attaché, Sylvain Breuzard a au cours de ces 15 dernières années poussé sa réflexion très loin en explorant le champ des possibles.

Cette quête d’un développement capable de concilier finalité financière, sociale et environnementale, l’a conduit sur le chemin de la permaculture.

Convaincu que l’entreprise est aujourd’hui la mieux placer pour faire bouger les lignes et activer la transition vers un futur plus vivable, il partage le modèle d’entreprise auquel il croit, et qu’il sait viable, celui de la permaentreprise.

 

Les principes éthiques fondateurs de la Permaentreprise sous forme d'illustration
vers la permaentreprise, échelle de l'engagement des entreprises

>   Un modèle applicable à toutes les entreprises

Certes il sera plus facile pour un jeune entrepreneur d’intégrer, dès le démarrage de sa structure, ces principes fondateurs, qui plus est si son entreprise a vocation à devenir une « entreprise à impact ».

Mais la transition vers ce modèle, pour une entreprise qui existe depuis plusieurs années, et qui a pu prendre de nombreuses mauvaises habitudes au fil des années, est tout à fait possible et même souhaitable.
Elle l’est également pour tout type de structures, sociétés anonymes, coopératives, associations…dès lors que la structure en a les moyens, le temps et l’envie (adhésion de ses principaux actionnaires).

 

>   Un concept qui va plus loin en proposant une approche globale 

Avec la permaentreprise Sylvain Breuzard ne propose pas un référentiel RSE supplémentaire mais une vision et un modèle de développement d’entreprise à part entière. En cela la permaentreprise va plus loin. Elle ne vise pas à donner des indicateurs permettant à chacun d’améliorer ses performances sur tel ou tel point, dans tel ou tel domaine, comme le fait un référentiel.
Sa finalité est une approche holistique de la stratégie de développement d’une entreprise, bâtie autour des 3 principes éthiques indissociables que sont : le souci de l’humain + le soin apporté à l’environnement + le partage équitable des bénéfices.

 

>   Un modèle qui s’avère être source d’innovations

Cette approche systémique pousse à s’interroger en amont sur l’avenir de l’entreprise, sur son développement, en posant tous les sujets sur la table, qu’ils relèvent d’enjeux humains, sociaux, sociétaux ou environnementaux. En se donnant le temps et les moyens d’anticiper, de repenser, réinventer, innover, l’entreprise peut conduire le changement dans la sérénité au lieu de devoir le subir et agir sous la contrainte.

… Et si ce nouveau modèle de développement était la solution pour prendre le temps au quotidien de cultiver l’entreprise de demain, et par la même, accélérer la transition vers un monde plus vivable ?

 

… Alors, qu’attendons-nous ?

 

Je ne peux que vous inviter à lire le livre de Sylvain Breuzard : « LA PERMAENTREPRISE », que j’ai personnellement dévoré … et à découvrir l’école de formation à la PermaEntreprise qui vient d’être lancée !

  

Couverture du livre LA PERMAENTREPRISE écrit par Sylvain Breuzard

 

Sylvain BREUZARD est le PDG de norsys, un groupe de services numériques, qualifié « société à mission », ISO 26000 niveau exemplaire et certifié Bcorp. Il est ancien président national du Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise où il a développé le modèle de la performance globale de l’entreprise. Il est, par ailleurs, créateur du réseau Etincelle, qui vise à rendre entrepreneurs de leur vie les jeunes en rupture scolaire, et préside le conseil d’administration de Greenpeace France depuis 2011.

 

 

 

Et vous, quand passez-vous à la PERMAENTREPRISE ?

 

Que dire de plus …
Si ce n’est …

Que nous croyons en ce nouveau modèle, raison pour laquelle nous voulions partager cette belle découverte avec vous !

Pour en savoir plus et passer en mode PERMA, c’est par ici : https://www.permaentreprise.fr/

 

Laurence GUIGOU, SEKOIA CITY

A lire aussi :

Que faudra t’il de plus pour changer de regard ? 
« Exploitation débridée des ressources, pollution, réchauffement climatique, creusement des inégalités, disparition des espèces, pandémie mondiale… Cette liste non exhaustive est en fait un processus en chaîne à l’échelle de la planète devant lequel chacun a le droit de se sentir impuissant… Mais réaliser que chacun de nous, individuellement, a le moyen d’agir est une étape déterminante pour inverser ce processus…. »

 

Derniers articles

Share This